Homéopathie

Qu’est-ce que l’homéopathie:

L’homéopathie est une méthode thérapeutique apparue au tout début du XIXéme siècle grâce à un médecin allemand, Samuel Hahneman. Elle est basée sur le principe de similitude que l’on peut ainsi énoncer:
« Toute substance qui, administrée à forte dose, pondérable, voire toxique à l’homme en bonne santé, déclenche des troubles précis, devient, après dilution, donc à dose faible, capable de faire disparaître ces mêmes troubles lorsqu’ils sont rencontrés chez un malade ».

La validité de ce principe médicamenteux a été largement démontrée par l’expérimentation et la pratique clinique.

La pratique de l’homéopathie implique la mise en oeuvre de trois critères: la pathogénésie, l’individualisation du traitement et l’emploi de doses infinitésimales dynamisées.

La pathogénésie permet de définir avec précision et finesse un ensemble de symptômes caractéristiques du remède.

L’individualisation, véritable force de l’homéopathie par rapport à la médecine traditionnelle, permet d’établir un traitement pour chaque individu, en fonction des modalités enregistrées lors de l’expérimentation pathogénétique. Il s’agit de savoir s’il y a amélioration ou aggravation par le froid ou le chaud, de définir des modalités de mouvement et/ou d’horaires.

Hahnemann a d’abord utilisé les teintures végétales pour soigner ses malades; puis devant les aggravations observées, il a été conduit à diluer de plus en plus pour atteindre la zone thérapeutique.

A chaque dilution du remède, il procède à un minimum de 100 secousses appelées dynamisation ou succussion, ce qui est capital pour l’activité du remède.

Les médicaments homéopathiques sont obtenus à partir de matières premières d’origine végétale surtout, minérale ou animale, déconcentrées et dynamisées, soit par la méthode des dilutions successives décimales DH ou centésimales CH, dite hahnemannienne, soit par la méthode du flacon unique dit korsakovienne.

Les teintures-mères ou T.M. sont des préparations liquides résultant de l’action dissolvante de l’alcool sur des substances d’origine végétale ou animale. Les teintures-mères d’origine végétale sont obtenues par macération pendant 3 semaines dans de l’alcool à différents degrés soit de plantes fraîches, soit plus rarement de plantes sèches. Il en est de même pour les T.M. d’origine animale ou on utilise des animaux entiers ou des parties du corps (organothérapie). Dans les deux cas, les teintures-mères sont titrées au 1/10ème de leur poids en drogue déshydratée.

Comme tout médicament homéopathique, elles doivent répondre à des normes précises de fabrication et de contrôle, selon la Pharmacopée française depuis 1965.

Les macérats glycérinés sont, comme leur nom l’indique, des préparations issues de l’action de l’acool et de la glycérine sur des substances végétales en croissance, bourgeons végétaux, jeunes feuilles ou radicelles, cueillis frais. Ils sont obtenus par macération pendant 3 semaines, filtrés puis dilués ai 1/10è dans un mélange eau-alcool-glycérine. On obtient dans l’exemple du CASSIS le macérat RIBES NIGRUM BGD 1D (bourgeons macérat glycériné).

Les macérats glycérinés sont utilisés en gemmothérapie, méthode de drainage de l’organisme.
Les produits chimiques d’origine minérale ou organiques peuvent être des corps simples ou composés, d’origine naturelle de narure simple ou complexe. Exemple: NATRUM MURIATICUM
Les biothérapiques sont des médicaments préparés à l’avance, obtenus à partir de produits d’origine microbienne, de sécrétions et d’excrétions pathologiques ou encore d’allergènes. Exemples: TUBERCULINUM, STAPHYLOCOCCINUM, INFLUENZINUM.

 

 

Préparations des médicaments homéopathiques:

La méthode hahnemannienn, du nom de son inventeur, Hahnemann, consiste en des dilutions décimales ou centésimales (selon que les opérations successives de division se font au 1/10è ou au 1/100è) de la substance en milieu liquide ou solide (on parle alors de triturations).

Comment préparer une dilution centésimale:

homeofabric

On dispose une série de flacons en nombre correspondant au numéro de la dilution centésimale à obtenir.On met dans le premier flacon une partie en poids de la substance de base, on complète ç cent parties en volume au moyen du véhicule approprié (alcool à 60% le plus souvent). On secoue au minimum cent fois pendant une minute environ. La dilution ainsi obtenue est la première centésimale ou 1CH. On prélève alors une partie en volume de cette 1CH, on la verse dans un deuxième flacon contenant déjà 99 parties du véhicule. On secoue cent fois. On obtient ainsi la deuxième CH, ou 2CH. On opère ainsi jusqu’à la 30CH, limite des dilutions homéopathiques admises en France.

La méthode korsakovienne, mise au point par un comte russe, Simon Korsakov, tire son originalité dans l’utilisation d’un seul et même flacon que l’on vide à chaque dilution par renversement ou aspiration. A chaque opération, on ajoute l’équivalent de 99 parties de solvant, le produit restant absorbé sur les parois représentant à peu près 1/100è de la dilution qui fut au contact, puis on secoue cent fois pour dynamiser. On prépare ainsi les 6è (6K), 30è(30K), 200è(200K), 1000è(MK), 10000è(XMK), 50000è(LMK), 100000è(CMK) korsakoviennes. La mise au point de dynamiseurs automatiquesperfectionnés permet d’accroître la fiabilité du procédé. Ils fonctionnent jour et nuit dans les laboratoires homéopathiques.

Comment agit l’homéopathie?

On comprend bien qu’au-delà d’une certaine hauteur de dilution du remède, il n’existe plus aucune molécule présente. Et pourtant, le médicament est efficace. Cette efficacité serait due, sans qu’on en ait jamais eu la preuve par la technique, par l’action mécanique du frottement et de la succussion, laquelle exalte des forces pharmacodynamiques jusque-là masquées.

Toutes les formes de présentations pharmaceutiques peuvent être utilisées pour les préparations homéopathiques: gouttes, poudres, suppositoires, ovules, ampoules buvables et injectables, collyre. Toutefois, les formes les plus couramment prescrites sont les granules et les doses-globules.

Les granules sont de petites sphères d’un mélange de saccharose et de lactose imprégnées de la dilution hahnemannienne dont ils prennent la dénomination. Chaque tube granules contient entre 70 et 80 granules. Les granules sont à prendre à distance des repas, en général à raison de trois à cinq granules une à plusieurs fois par jour à laisser fondre sous la langue.

Les doses-globules ou doses, dont le contenu doit être absorbé en une seule fois en sublingual, sont des sphères de lactose-saccharose plus petites que les granules. Elles sont préparées par imprégnation et portent le nom de la dilution imprégnante. Elles sont réservées la plupart du temps aux dilutions homéopathiques supérieures.

Les gouttes sont les teintures-mères, les macérats glycérinés, en nature ou en dilutions décimales ou centésimale. La posologie est très large et varie de quelques gouttes à plusieurs centaines par jour.

Les triturations sont des poudres médicamenteuses préparées le plus souvent à partir de substances insolubles dont l’excipient est le lactose. Elles peuvent être préparées quelquefois par imprégnation du lactose par une teinture-mère ou une basse dilution liquide.
Conseil de saison :
Allergie : vous etes sujets aux allergies aux graminés ou pollens ? préparez vous en attenuant les symptômes avec un traitement homeopathique. prenez 1 dose de Pollens 15 CH et d’histaminum 15 CH en alternance durant toute la periode à risques.